Serveur Enemy Territory Legacy

Un article orienté gaming pour changer, à savoir : comment mettre en place son serveur personnel pour le jeu Enemy Territory Legacy.

On prendra comme configuration un serveur sous Linux et un client sous MacOS Big Sur.

Sachez que vous pourrez très bien utiliser une autre configuration comme par exemple un serveur sous Windows et un client sous n’importe quelle plateforme : Windows, MacOS ou encore Linux.

Attachez vos ceintures!

Installation du serveur

Pour installer le serveur, rendez-vous sur le site officiel de téléchargement de ET Legacy puis choisissez « Linux 32-bit installer » :

La version 32 bits est requise car le module omnibot est – à ma connaissance – un module 32 bits et pas 64 bits.

Une fois le fichier « etlegacy-v2.80.2-i386.sh » téléchargé, lancez un terminal avec les commandes suivantes :

mkdir EnemyTerritoryLegacy
cd EnemyTerritoryLegacy

Copiez le fichier « etlegacy-v2.80.2-i386.sh » dans ce répertoire nouvellement créé puis lancez l’installateur :

chmod +x etlegacy-v2.80.2-i386.sh
./etlegacy-v2.80.2-i386.sh

Répondez aux questions suivantes :

Do you accept the license? [yN]: y
Do you want to include the subdirectory etlegacy-v2.80.2-i386? n
Do you want to fetch the assets data files? [yN]: y
Do you want to delete downloaded Wolf:ET assets data files? [yN]: N

Cela installera le jeu et téléchargera les maps officielles venant du jeu original « Wolfenstein Enemy Territory ».

Le serveur « Enemy Territory Legacy » est une amélioration conséquente de « Wolfenstein Enemy Territory » puisqu’il intègre en standard le module « omnibot » qui permet de mettre en place des bots sur le serveur.

Configuration du serveur

Par défaut le serveur est tout à fait fonctionnel toutefois nous allons ajouter 5 bots dans chaque équipe.

Pour cela, éditez le fichier « etmain/etl_server.cfg » et ajoutez à la fin du fichier les lignes suivantes :

// Omnibot activation
omnibot_enable 1 // 0=> omnibot off
bot difficulty 1 // 1=> easy // 6=> hard
bot moveskill 1 // 1=> easy // 6=>hard
bot balanceteams 1 // balanced teams
bot maxbots 10
bot kickall
bot difficulty 1 //range is 0-5

// Add bots : bot addbot <team> <class> <name>
bot addbot 1 1 ^1RamSoldier //axis soldier
bot addbot 1 2 ^1MegaMedic //axis medic
bot addbot 1 3 ^1ToolMax //axis engineer
bot addbot 1 4 ^1SlayerMan //axis fops
bot addbot 1 5 ^1OzzyMate //axis covie

bot addbot 2 1 ^4FilterSoldier //allied soldier
bot addbot 2 2 ^4MetalMedic //allied medic
bot addbot 2 3 ^4AnteraMax //allied engineer
bot addbot 2 4 ^4DisturbedMan //allied fops
bot addbot 2 5 ^4GodsMate //allied covie

set g_gravity 800 //default is 800
set g_speed 320 //default is 320

Les bots ajoutés sont d’un niveau bas, mais vous pouvez en augmenter la difficulté.

Notez que chaque bot est d’un type particulier sur les 5 de chaque équipe :

  • Soldat (Soldier) : utilise toutes sortes d’armes lourdes (mitrailleuse mobile, lance-roquettes, lance-flammes…)
  • Espion ou tireur d’élite (Covert Ops) : peut voler les uniformes des ennemis tombés au combat et effectuer des missions de reconnaissance secrètes derrière les lignes ennemies. Il peut aussi poser des explosifs télécommandés, repérer des mines (avec ses jumelles), utiliser son fusil de sniper/d’autres armes furtives, lancer des grenades. Un ennemi passant dans son champ de vision apparaît à l’ensemble de ses coéquipiers via la carte.
  • Ingénieur (Engineer) : peut enfouir des mines terrestres, construire et réparer des structures de champ de bataille tel que des ponts, des tours de gardes et effectuer des opérations avancées dans le feu du combat pour obtenir des avantages pour son équipe
  • Médecin (Medic) : soigne ses coéquipiers blessés au combat
  • Officier (Field Ops) : dispose de jumelles permettant de marquer les positions ennemies pour une attaque aérienne ou au mortier, distribue des munitions, détecte les espions

Passons maintenant aux choses sérieuses.

Lancement du serveur

Le lancement est assez simple, puisqu’il suffit de lancer le script shell ci-dessous :

./etlded_bot.sh

Si tout se passe bien, vous devriez voir que le module Omnibot est bien chargé :

11050 Omni-bot 0.87.1 initialized in 0.05 seconds.
11050 Omni-bot: Omni-bot Loaded Successfully
11050 Omni-Bot Initialization completed in 0.08 seconds
11250 Setting Allied autospawn to Allied Camp
11250 Setting Axis autospawn to Old City

Les logs devraient faire ensuite apparaitre les activités de tous les bots sur le serveur :

Voyons voir maintenant le game play…

Installation du client

Pour installer le client, rendez-vous de nouveau sur la page de téléchargement de ET Legacy.

Ici nous allons installer la version MacOS sous Big Sur :

Une fois le fichier d’installation lancé, il suffira de déplacer « ET Legacy » dans « Applications » :

Lancez ensuite le programme « ET Legacy » et vous devrez valider votre confiance dans ce programme :

Une fois cette configuration de sécurité confirmée, vous devrez aussi valider le message ci-dessous (Yes) :

Notez que le programme pour MacOS ne contient pas les fichiers du jeu original (« Wolfenstein Enemy Territory »), il est donc normal d’avoir le message ci-dessous :

Rendez-vous sur le site officiel de « Wolfenstein Enemy Territory » pour télécharger le jeu.

Celui-ci n’est pas compatible avec MacOS Big Sur (64 bits), mais ce n’est pas grave, seul le répertoire « etmain » nous intéresse.

Copiez le contenu de « etmain » dans votre dossier « /Applications/ETLegacy/etmain » :

Lancement du client

Vous pouvez à présent lancer ET Legacy.

Le jeu vous demandera de choisir un nom de joueur ainsi que la résolution de votre écran (plein écran ou fenêtré), puis l’écran principal apparait :

Cliquez sur play et choisissez dans « Local » votre serveur qui doit s’appeler « ET : Legacy Host »

Cliquez sur le bouton « Join Server ».

Au départ vous êtes en mode « spectateur ».

Pour participer avec les bots ou d’autres joueurs à une partie, sélectionnez « Limbo menu » (ou appuyez sur la touche « L ») :

Vous aurez à choisir votre équipe (Axes ou Allies) ainsi qu’une des 5 classes (Soldier, Medic, Engineer, Fields Ops, Covert Ops) :

Validez avec « OK ».

Vous devrez attendre une dizaine de seconde pour le « warm up » avant de pouvoir commencer le combat et atteindre votre objectif de mission.

Vous pouvez vérifier dans les contrôles clavier vos différentes possibilités dans le jeu, l’affichage de la carte durant le jeu (via la touche « G ») étant bien pratique.

Notez qu’une fois en combat, vous pouvez changer de map via un système de vote.

Pour cela, appuyez sur « Esc » puis « Vote » pour faire apparaitre l’écran de vote :

Cliquez sur « Maps « :

Choisissez ensuite la map « Seawall Battery ».

Vous voilà transportés sur une map qui commence par un débarquement sur une plage pour une nouvelle mission !

Avouez que c’est bien pratique.

Enfin pensez à changer les contrôles clavier par défaut, notamment les touches de mouvement étant en mode « qwerty » plutôt que « azerty » :

Vous êtes maintenant fin prêt pour découvrir le jeu en solo avec des bots ou encore avec d’autres joueurs réels 🙂

Personnalisation du serveur

Il est tout à fait possible de charger des cartes supplémentaires pour votre serveur.

Voici comment faire.

Supposons que vous avez téléchargé une map que s’appelle « caen.pk3 ».

Copiez cette map dans le dossier « etmain » de votre serveur « ET Legacy ».

Ensuite modifiez le fichier « etmain/mapvotecycle.cfg », en ajoutant la ligne suivante en début de fichier :

set d0 "set g_gametype 6 ; map caen ; set nextmap vstr d1"

Remplacez ensuite les deux dernières lignes par :

set d6 "set g_gametype 6 ; map fueldump ; set nextmap vstr d0"
vstr d0

Ce fichier permet de faire un roulement dans les cartes du jeu, la première carte étant la d0 (caen), puis la d1, … jusqu’à la d6 (fueldump) pour ensuite revenir à la d0.

A noter : pour déterminer le nom de votre map, il faudra désarchiver votre fichier .pk3 avec unzip et aller dans le dossier « scripts » pour consulter le fichier « *.arena » :

{
map "caen"
longname "Caen"

Le nom de la map se trouve juste après le mot clef « map » (ici « caen » donc).

Pour prendre en compte ces modifications, vous devez relancer votre serveur.

Connectez-vous à nouveau avec votre client qui va télécharger automatiquement la nouvelle map :

Si vous faites un vote pour choisir une map, vous constaterez que celle-ci est bien disponible :

Maintenant à vous de découvrir Caen :

Et de remplir les objectifs de la mission en fonction de votre classe !

Pour aller plus loin

Notez que « Enemy Territory Legacy » est en open source, ce qui signifie que vous pouvez – si le coeur vous en dit – recompiler les sources ou participer à son amélioration.

Pour la partie serveur c’est assez trivial sous Linux, car une fois le setup de départ fait, il vous suffira de lancer :

./easybuild.sh -server

Il est alors imaginable de proposer un paquet pour d’autres plateformes (je pense aux NAS Synology notamment même si ce n’est pas leur coeur de métier 😉 ).

Le jeu est également personnalisable et certains passionnés ont crées leur propres maps que vous pourrez installer sur votre serveur à partir du moment où le fichier « .pk3 » est disponible.

Enfin notez que pour les plus expérimentés, il est concevable de créer ses propres maps, certains outils étant disponibles pour cela (je pense à GTK radiant).

En attendant bonne découverte et bon jeu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s